Ce récit complète et poursuit celui du Portugal.
 
De retour en Espagne, nous longeons la frontière portugaise et découvrons toute une série de villes époustouflantes : Salamanca, Caceres, Merida, Cordoba et Granada, sans parler du surprenant parc El Torcal à Antequera en Andalousie.
Février 2013 : Espagne
Salamanca : la cosmopolite
Ceinte d’antiques murailles, la ville abrite une multitude d’imposantes bâtisses autour desquelles se déploie une vie universitaire cosmopolite et animée. Quelle que soit la rue qu’on emprunte pour quitter la grandiose Plaza Mayor,  on débouche sur un bâtiment hors norme et majestueux : basilique, université, bibliothèque, couvent… La ville regorge de trésors architecturaux et culturels. Nous sommes à la fois impressionnés par la grandeur des ouvrages et séduits par la taille humaine de la cité et la vie qui s’y déroule.
Caceres : le musée vivant
La ville de Caceres est préservée et possède un certain charme. Moins dynamique et animée que Salamanca, elle a selon l’heure à laquelle on parcourt ses ruelles étroites, l’apparence d’un musée grandeur nature.
Merida : la romaine
A Merida, nous visitons avec entrain le théâtre et l’amphithéâtre romain dont l’état et la conservation sont exceptionnels. Nous restons de longues minutes à contempler l’arène ou la scène depuis les gradins aux niveaux réguliers, imaginant sans peine les spectacles, joutes et évènements de l’époque.  Aux abords de l’amphitéâtre, des pancartes et reproductions des armures de gladiateurs nous permettent en outre de mesurer l’intensité et la barbarie des combats organisés ici.
De retour en Andalousie, nous poursuivons la découverte des villes majeures. Cordoba et Granada nous ouvrent leurs cœurs et montrent l’exemple en matière d’intégration et de mixité culturelle. Sur le papier en tout cas…
Antequera : el Torcal
Nous avons visité un nombre peu habituel de villes durant ce mois de février et la lassitude nous gagne. Pour nous ressourcer, nous nous rendons à Antequera, dont nous évitons le ventre, pour aller directement à El Torcal. Point culminant de la région, le massif offre une vue spectaculaire jusqu’à Malaga et la mer. Mieux, le relief est couvert de formations rocheuses rappelant à la fois le Zion Park du grand ouest américain et la Cappadoce turque. Deux parcours pédestres proposent des ballades sensationnelles sur la crête, à travers les rochers striés et sous le regard attentif des vautours qui planent en altitude.
Granada : la fusion
De toutes les villes d’Andalousie, Granada est celle qui nous laisse la plus forte impression de fusion hispano-mauresque. Le quartier typique d’Albaicin nous plonge dans l’univers et l’ambiance des medina arabes, tandis que le centre ville et les ruelles encerclant la cathédrale sont typiquement espagnols. Nous aimons cette ville et malgré une certaine overdose de vieilles pierres, nous nous promenons avec plaisir d’un quartier à l’autre.
Granada, c’est aussi l’Alhambra qui attire ses 8'000 visiteurs par jour. Comme conseillé, nous réservons nos billets à l’avance et nous rendons sur place une heure et demie avant l’heure fixée pour la visite du Palais Nesrides, dont les entrées sont gérées drastiquement. Nous récupérons nos billets à l’automate prévu à cet effet et relevons avec plaisir l’efficacité du système… jusqu’à ce que nous nous voyions refuser l’accès au site : nous devons refaire la queue avec les personnes venues sans réservation, afin de faire valider le tarif enfant en présentant les passeports ! Pas de chance, les passeports sont restés dans Casita,. Véro se lâche et proteste, tandis que Thierry serre les poings et s’apprête à déserter les lieux, dégoûté. Les arguments et les larmes de Véro obtiennent gain de cause, nous passons tout droit, récupérons les billets dûment validés et entrons dans le site. Mais l’incident laisse ses traces. Nous peinons à profiter de la visite. Trop de monde, trop de règles, trop de queues pour faire une photo là où tout le monde veut faire la même… Il n’empêche, le Palais est très beau. Comme l’est l’Alcazar de Séville qui se visite en toute simplicité.
El Plomo : du vent ?
Véro et les enfants ont passé une semaine au Cabo de Gata sur la plage d’El Plomo. Secoués par des vents tempétueux à plus de 120 km/h, ils ont passé de petites nuits et souvent nourri de grosses inquiétudes pour Casita qui tanguait comme un bateau. De son côté, Thierry s’est rendu une nouvelle fois en Suisse. Lui non plus n’a pas dormi beaucoup, mais pour d’autres raisons. Avec un programme très chargé et d’importants projets à développer, il a réduit ses heures de sommeil au minimum. Du coup, quand il rejoint Casita et la famille, il est épuisé, malade et sans voix…
A suivre
Nous prenons la direction de Mallorca, où nous retrouverons le père et le grand-père de Véro et prendrons le temps d’arpenter l’île pour vous la faire découvrir prochainement…
Le livre : Miss Terre et les six doigts de la main
Le 200ème exemplaire commandé sera offert ! C’est pour bientôt ! Alors si vous n’avez pas encore lu Miss Terre ou que vous ne l’avez pas encore offert à vos proches, dépêchez-vous et recevez-le chez vous ! Vous ne le regretterez pas, parole de lecteurs !
 
Presse
Le 11 mars, nous avons passé en ouverture d’émission dans « Allo la planète » sur Le Mouv’ : Allo la planète du 11 mars 2013
Prochainement, vous retrouverez également le récit de notre périple en Bolivie dans le magazine : « Esprit camping-car ».
Cuevas andalucia
Nous venons de passer chez Aurôre et Sam aux Cuevas Andalucia… Comme chaque fois, nous vous recommandons l’endroit, pour 1, 5 ou 15 jours, peu importe, vous trouverez chez eux un espace, une énergie et une écoute qui soutiendront vos rêves et vos désirs. Que vous ayez besoin de repos pour récupérer des forces ou de stimulation pour faire un nouveau pas dans votre vie, l’environnement proposé à Baza vous conviendra. Et franchement, on ne le dit pas pour faire de la pub, mais parce qu’il y a des endroits et des gens dans le monde qu’il faut découvrir…
Cordoba : intégration ou ségrégation ?
Réputée pour sa capacité d’intégration Cordoba réunit en son cœur une « mosquathédrale » cernée d’un quartier juif. Très tôt dans l’histoire, les différents cultes ont en effet coexisté ici dans la paix. Une particularité dont Cordoba porte les traces et la fierté et dont nous n’avions aucune connaissance en arrivant. C’est donc en toute innocence que nous commençons notre visite par la découverte de la Mezquita, une mosquée dont on nous avait vanté les mérites.
La Mezquita, c’est une mosquée construite sur les ruines d’une cathédrale elle-même bâtie sur les restes de temples romains… Ici comme ailleurs dans le monde, les lieux de culte se succèdent et prennent la place des monuments anciens, qu’on détruit pour affirmer la nouvelle ère religieuse. Ce qui interpelle en revanche le visiteur non averti, c’est la présence de cloches dans  le minaret et les innombrables œuvres et références catholiques qui bordent l’immense salle des prières carrée. Pire, en plein centre de la mosquée, se dresse une authentique cathédrale. Le tout laisse sans voix.
 
Reconnue comme la plus ancienne mosquée d’Europe et l’une des plus grandes au monde, la Mezquita se distingue par ses centaines de colonnes sculptées, son architecture extraordinaire et son immensité. Elle laisse perplexe en revanche, quand on apprend qu’elle accueille désormais exclusivement les messes chrétiennes. Que penser de pareil outrage ? Sur cette question, la Mezquita divise…
 
Pour Véro, il y a là une nouvelle preuve de l’irrespect des religions et des jeux de pouvoir auxquelles elles se livrent. Elle y voit une raison supplémentaire pour rêver d’un monde libéré des religions et des conflits qu’elles génèrent. Un monde ouvert d’esprit, responsable, tolérant, intégrant. Thierry, quant à lui, voit dans le caractère hybride de la Mezquita, une sorte de promesse, comme un chemin possible vers l’intégration justement : et si un jour, musulmans et catholiques, juifs et orthodoxes, se partageaient un  même lieu de culte ? L’idée d’imaginer les catholiques sortir de la messe et croiser les musulmans entrant pour leur prière le fait sourire. Finalement, ce pourrait être un pas intermédiaire, une évolution vers la tolérance et l’intégration. La question sème la discorde au sein du couple, jusqu’à ce que Thierry et Véro tombent d’accord : les religions n’aident définitivement pas à construire un monde harmonieux, bien au contraire !
Accès direct
Oser sa vie
2012 suite
2013
Un livre original, vivant et émouvant
Récits
Nos véhicules
2014
Espagne
fév 2013
France
déc 2012
Mises à jour
Suisse
sept-oct 2012
Berlin
août 2013
Tour du Monde
2008-2012
Espagne
déc 2012
Tour du Monde
Suisse
juin 2013
Portugal
fév 2013
Andalousie
jan 2013
Ghana (2/3)
Janvier 2014
Finlande
juil-août 2013
Bénin
Mars 2014
Togo
Mars 2014
Burkina Faso
Février 2014
Ghana (1/3)
Janvier 2014
Suisse
automne 2013
Suisse-Italie
Eté 2014
Nous 6
Conférences&Actu
Accueil
Livres&Videos
Media
Liens
Dernière mise à jour
Martinique
Janvier 2015
2015
Suisse
Automne 2014
Grenade
Avril-mai 2015
2016
Découvrez nos coulisses dans: Miss Terre et les six doigts de la main
Un clic = Un pas vers vos rêves
Oser sa vie
Pour prendre sa vie en main
©Sixenroute-2011
Achetez en deux clics:
Miss Terre et les six doigts de la main
Un livre original, vivant et émouvant