Au sommaire
A vous d’OSER
Lire
A suivre
Grenade côté amis
Bateau-stoppeurs
Pascal et Laurence
Conférence à l'alliance Française
Manu et Morgane
Le hash
Le zoo de Bruno
1er mai
Gilles et Frés
Nicolas , Nouma et les sunfish
Lire
Avril-mai 2015 : Ile de Grenade
Les bus
 
Comme à St-Vincent, les transports publics sont assurés par des minibus Toyota Hiace similaires à Baloo et dans lesquels on s’entasse à 16. En parfait état, ils desservent l’essentiel de l’île avec une fréquence exceptionnelle et très appréciée en semaine. Le dimanche en revanche, les déplacements se font à pied ou en stop…
 
Stylband
 
La musique occupe une place importante dans la culture locale. Comme chaque île, Grenade a ses préférences musicales. Ici, ce sont les stylbands qui jouent une musique typique et traditionnelle et dont on a pu voir un défilé dans les rues de la capitale dans une ambiance enjouée et familiale.
 
Grenade côté terre
Chocolat
Rhum
Cascades
Sources thermales
Tortues luth
Lire
La capitale St-Georges
 
De taille modeste, la capitale a des allures de bourgade. On en fait le tour en une demi-journée, en visitant ses marchés et ses églises en profitant de beaux points de vue sur la mer et l’horizon. Animée tout en restant très calme et sereine, la ville vit du commerce des ressources locales (alimentation et produits manufacturés) et des produits standardisés des négoces syriens, qui volent ici la vedette aux chinois.
 
Grenade : premières impressions
 
La population
 
Nous sommes séduits dès nos premiers pas sur l’île par la gentillesse et la serviabilité des gens. Souriants et accueillants, ils nous proposent leur aide, nous renseignent avec patience et prennent le temps de discuter. A plusieurs reprises, nous aurons pu constater l’honnêteté de rigueur sur l’île. Ainsi, nous nous souviendrons longtemps avoir oublié sans nous en rendre compte un sac de commissions dans le bus et voir le chauffeur débouler sur nous 10 minutes plus tard, après avoir détourné son itinéraire et recherché patiemment pour nous le rendre. De même, quel plaisir de voir le cordonnier de rue nous rendre avec le sourire la moitié de la somme qu’on lui tend, parce que le prix convenu l’était pour les 2 paires de tongs et non pour une seule comme l’avait imaginé Thierry.
 
A Grenade, on se sent en sécurité, jour et nuit, en ville ou ailleurs.
Grenade côté mer :
 
St-Georges
 
Nous avons mouillé quelques jours devant la capitale, entre le port marchand et la plage de grande Anse. Le mouillage offre un accès direct à la ville et à la plus grande plage de l’île, comme aux petites plages sauvages qui se nichent au pied de la falaise.
 
Surtout, l’endroit permet de jouir d’un spectacle exceptionnel, l’arrivée et le départ des imposants bateaux de croisière qui viennent déverser leurs clients sur l’île pour quelques heures. Nous avons particulièrement apprécié celui dont le klaxon joue l’hymne « Love Boat » pour rappeler les touristes à bord peu avant de lever l’ancre. Phénoménal !
 
Grande Anse
 
La plage de grande Anse est la plus grande de l’île et s’étale sur 2-3 km. Nous avons profité de son caractère plus touristique et développé pour louer un hobby cat et tirer quelques bords le long de la plage afin d’initier les enfants au dériveur.
Prickly Bay
 
Au sud de l’île de Grenade, on trouve plusieurs baies propices au mouillage, chacune avec ses caractéristiques. Nous avions repéré celle de Prickly Bay au moment de réserver une place en marina pour Nyamba, avec l’intention de la laisser au ponton pendant la période estivale. Après St-Georges, nous mouillons donc à Prickly Bay pour découvrir l’environnement et la marina.
 
 
Le mouillage de Prickly Bay est aussi fréquenté que rouleur. Après 3 nuits agitées, la 4ème est tout simplement intenable et nous force à chercher meilleur mouillage. C’est alors que nous repérons une petite crique à l’entrée de Prickly Bay, apparemment calme et plate. Tandis qu’on tourne avec l’annexe pour sonder les fonds et nous assurer de la possibilité de mouiller, on rencontre Pascal, notre futur voisin qui connaît la crique « sous toutes ses coutures » et nous la présente en nous souhaitant la bienvenue. C’est ainsi que nous bénéficions du meilleur mouillage de notre voyage : eau plate, 6 mètres de fond, 30 mètres de la plage et d’un ponton  équipé d’un plongeoir pour les enfants qui passeront leurs après-midi à entraîner leurs sauts périlleux dans tous les sens. Tout ce qu’il faut pour ne plus lever l’ancre et profiter de l’île. C’est ainsi que s’achève donc notre navigation dans les Antilles cette année. Le reste se passe sur terre…
Marina et plage de Prickly Bay
 
La marina de Prickly Bay offre tout ce qu’il faut pour être confortable et profiter de belles vacances. Restaurant, internet et sanitaires. Des pizzas à moitié prix deux fois par semaine, une petite épicerie, des animations et des amis… Et désormais aussi, un boucher-fromager français, qu’on vous présente ci-dessous dans la rubrique « Amis » !
 
A 50 mètres de la marina se trouve une petite plage très jolie, peu fréquentée et calme. En bref, nous avons sur place tout ce qu’il faut pour nous reposer et profiter du bon temps pour découvrir l’île et ses trésors.
 
Grenade : côté terre
 
Depuis 3 mois, nous avions envie et besoin de renouer le contact avec la terre ferme, d’explorer les forêts, fouler le sol et sentir la végétation. Pour cela, nous avons loué une voiture pour 2 jours et une nuit, transformant la voiture en micro-camping-car !! 2 jours sublimes !
Chocolat
 
On commence notre exploration par la visite des cultures de cacao et de la fabrique de chocolat. Grenade produit un excellent chocolat, sans lait ! 66%, 70%, 80% ou 100% de cacao. A l’exception du 100% cacao parfaitement dégueulasse, ces chocolats sont exquis et parfumés. La visite des plantations nous permet d’en comprendre les raisons. Des arbres fruitiers poussent autour des arbres à cacao (bananiers, manguiers, goyave, fruits de la passion, papaye, etc.) Apparemment, cela influence les saveurs des graines de cacao une fois torréfiées. La production intégralement bio et artisanale respecte les procédés traditionnels. La visite est instructive, ludique et plaisante. Elle se termine évidemment par une dégustation.
 
Rhum
 
Après le chocolat à 70%, on teste le rhum  70% !! Pfouah ! Ca s’évapore dans la bouche et ce qui reste de liquide brûle tout sur son passage dans l’œsophage ! Intéressant en revanche de découvrir ici aussi les procédés de fabrication à partir de canne à sucre et d’un moulin à eau vieux de 450 ans ! Aucune industrialisation ! Le rhum est produit aujourd’hui comme il l’était en 1600 !
 
Cascades
 
L’île de Grenade compte plusieurs cascades, plus ou moins accessibles. Nichées au fond la forêt vierge, elles offrent un spectacle grandiose et rafraîchissant. On se croirait à Aquaparc, l’odeur du chlore et les bruits en moins. Les falaises couvertes de végétation encadrent les chutes d’eau sous lesquelles on plonge dans un bassin naturel. Un délice ! Après des mois d’eau salée à 29°C, de plages immaculées et de couleur turquoise, le vert vif et foncé de la jungle, la fraîcheur de l’eau douce et le relief des sommets nous offre un dépaysement total.
 
En chemin lors de nos ballades : jadins potager, nature , maisons un  régal pour les yeux ...
Jardins potagers
Nature
Sources thermales
 
Pour varier les plaisirs, Grenade détient de nombreuses ressources et surprises, dont plusieurs sources thermales et sulfureuses. On en teste une. L’entrée du site est gratuite, on laisse ce qu’on veut dans une boîte. Plusieurs bassins sont aménagés, offrant la possibilité de se couvrir de boue, de profiter des bulles naturelles ou de se détendre simplement dans une eau chaude.
 
Grenade : côté amis
 
Sur le plan des échanges humains aussi, Grenade nous a comblés. A terre comme sur mer, nous avons tissé de nombreux liens et fait de belles rencontres.
 
Bateaux-stoppeurs
 
Dès nos premiers jours à Grenade, nous rencontrons Lolita et son copain Louis. Ils vont de bateaux en bateaux proposer leurs services pour gagner quelque argent pour financer leur traversée vers la Colombie. Accomplissant un voyage au long cours sur le principe du zéro franc pour le transport, ils ont embarqué à bord d’un voilier en Martinique en direction de la Colombie. Mais à Grenade, ils font face aux résistances et caprices de leur capitaine qui réclame subitement une somme importante pour les amener jusqu’en Colombie, de quoi financer dit-il les billets d’avion de son épouse qui devrait le rejoindre…
 
Pendant 15 jours, les deux jeunes multiplieront les initiatives et les occasions de réunir la somme demandée. Rapidement soutenus et rejoints par trois autres bateaux-stoppeurs, dont Fabien, jeune genevois diplômé en céramique qui profite de son voyage en solitaire pour offrir ses services contre l’hospitalité, l’équipage se serre les coudes et met tout en œuvre pour convaincre le capitaine. Leur succès dépend de leur détermination, courage et persévérance : concerts, vente de crêpes, petits boulots… En quelques jours, ils connaissent tous les plaisanciers de Prickly Bay et décident de les réunir une dernière fois sur la plage, la veille de leur départ, pour une fête d’au-revoir et de remerciement.
 
Nous sommes toujours autant bluffés par la manière dont on peut à 20 ans accomplir des périples incroyables, à force de motivation et d’authenticité ! Bon vent à vous tous, on se réjouit de suivre vos aventures et de vous recroiser un jour ! Et merci pour l’inspiration !
 
Le Hash
 
Typiquement anglosaxon, le Hash est un groupe de joyeux lurons qui se présentent comme : « drinkers with a running problem » ! Le concept est simple : on se retrouve dans la brousse pour un parcours pédestre à accomplir en courant ou marchant et au terme duquel s’organise une joyeuse réhydratation à base de bière qui coule autant dans les gosiers que sur les cheveux et les corps... Pour nous, c’était l’occasion de plonger dans la jungle sans nous y perdre. En fin de compte, le tracé du jour était trop ambitieux et bon nombre de participants devront faire demi-tour à mi-parcours, incapables d’escalader les ravins glissants de boue après le passe des cinquante premiers marcheurs. Peu importe, la ballade est belle, l’aventure est là et c’est le principal !
Tortues Luth
 
Max avait vu surgir une tortue Luth à moins de deux mètres de la coque de Nyamba lors de notre traversée à la voile de Cariacou à Grenade. Surpris, il avait été impressionné, effrayé même, par la taille de la bête : jusqu’à 1.80 m d’envergure, la tortue Luth traverse les océans pour rejoindre son lieu de naissance où elle vient pondre à son tour. Avides d’expériences et de rencontres insolites, nous profitons de notre présence à Grenade pour nous renseigner via mail sur la possibilité d’assister à la ponte de l’une d’elles. Les réponses sont confuses : l’accès à la plage semble interdit, comme le seraient les excursions organisées. Nous décidons donc d’aller voir sur place comment les choses se passent. On charge notre voiture du nécessaire utile pour passer la nuit et pique-niquer. Arrivés à 16h sur les lieux, on discute avec les agents de sécurité, puis les bénévoles d'une association de protection des tortues. Tous nous confirment que l’accès à la plage est interdit de 19h à 6h du matin. Nous décidons de respecter les interdictions et la quiétude des tortues. A la nuit tombée, nous laissons donc le groupe de touristes emmené par une organisation autorisée arpenter la plage avec les guides et nous nous installons dans et autour de notre voiture pour dormir. Au petit matin par contre, un bénévole nous informe qu’une tortue est encore en train de pondre. Sans perdre une minute, nous nous rendons sur les lieux où nous retrouvons un scientifique qui nous explique son travail, le processus de ponte et répond à toutes nos questions. La tortue est énorme. Il se peut qu’elle vienne du Japon !! Accroupis à quelques mètres d’elle, on se rend compte de sa taille et de son poids, comme des efforts qu’elle fournit pour accomplir son devoir. L’instant est émouvant. Une fois de plus, nous assistons à quelque chose d’extraordinaire, naturel et fascinant. Merci Grenade !
 
Pascal et Laurence
 
Avec plus de trente ans d’expérience de voile, Pascal et Laurence nous offrent de précieux conseils et leur soutien pour organiser l’hivernage de Nyamba. Et bien plus encore ! Un immense merci à Pascal pour « toutes les coutures » dont Nyamba a profité et un gigantesque merci à vous deux pour votre présence et les moments partagés à terre et sur l’eau. Votre aide nous a beaucoup apporté.
 
Fabien
Lolita et Louis
Conférence à l’alliance française
 
A Grenade, nous prenons contact avec l’alliance française pour organiser une conférence. C’est pour nous l’occasion de partager nos aventures et de faire des rencontres. Lisiane, vice-présidente de l’alliance française nous reçoit et nous fait bénéficier de ses conseils et de son réseau avec beaucoup de serviabilité. La journée un public d élèves de l'alliance française nous surprend par son attention et des questions au poil. Le soir de  une trentaine de personnes sont là et l’ambiance est très sympa. Dans l’assemblée, nous rencontrons de nombreuses autres personnes que nous reverrons par la suite.
 
Manu et Morgane
 
Le monde est petit. Et bien fait. Dans la baie, nous rencontrons Manu et Morgane, un jeune couple français en voyage pour un an avec leur fille… Nous passons quelques temps avec eux à discuter voyage, famille et projets. C’est en parlant du projet professionnel de Max et de son intérêt pour les constructions de roulottes et de petites maisons en bois mobiles, qu’on apprend que l’oncle de Manu est spécialisé dans le domaine. Mieux, cet homme est le constructeur du camping-car qu’on avait repéré sur internet et qui parcourt les routes du monde : une bâtisse en bois fixée sur un châssis, exactement le type de projet qui plaît à Max et qui nous séduit. On rêvait de le rencontrer un jour, à son retour. Désormais le contact est établi et bientôt vous entendrez parler de lui plus concrètement sur nos pages. En attendant, voici à quoi ressemble l’engin : lacabaneencavale.blogspot.fr
Gilles et Fréd
 
Gilles et Fréd nous ont servi de chauffeurs pour aller chez Bruno, ci-dessus. Les 4 enfants dans la benne du pick-up se sont réjouis de l’expérience, tandis qu’à l’intérieur du véhicule, très vite le contact passe bien et les liens se tissent. Venus à Grenade un peu plus d’un an plus tôt pour y ouvrir un centre de plongée, Gilles et Frédérique ont dû changer de projet. Désormais, ils tiennent boutique dans la marina de Prickly Bay : boucherie / fromagerie à la française ! De quoi se réjouir d’y retourner, en plus du plaisir immense partagé lors d’une épique et sportive soirée «UNO » chez eux ! Un grand merci à vous deux pour votre accueil et votre disponibilité et s’il vous plaît, n’hésitez pas à vous relaxer sur Nyamba de temps à autres…
 
Bruno et ses animaux
 
Parmi les participants du Hash, on rencontre Bruno, français installé à Grenade où il gère un lodge et restaurant surplombant la mer. Cuisinier et manager de métier, il profite des lieux pour donner libre cours à sa passion pour les animaux. Les alentours du resto se transforment en sanctuaire pour animaux en péril, Bruno récupérant singe, tatou, oiseaux, chouette, lapins, serpents toutes sortes d’autres espèces locales. Comme il le dit, le zoo est le résultat de sauvetage. C’est lui qui a nourri au biberon la plupart des animaux récupérés sur la route ou ailleurs et le plus souvent très mal en point. Un grand merci à Bruno et sa femme pour le chaleureux acceuil  : www.cabier-vision.com
Le 1er mai s’organise chez lui une journée entre français, l’occasion pour nous de découvrir le lieu et d’autres personnes installées depuis plus ou moins longtemps sur l’île. Parmi elles, Magali et son mari John, deux personnes très actives sur l’île et extrêmement généreuses dans la relation. Un véritable plaisir d’échanger avec eux.
 
Nicolas, Nouma et les Sun Fish
 
Sur la plage devant Nyamba bronzent une dizaine de Sun Fish, des dériveurs à une voile type Laser, version américaine. Nous remarquons que personne ne les utilise et l’envie nous démange de tirer des bords dans la baie sur ces petits engins amusants. Les dériveurs sont la propriété du directeur de l’université privée de Grenade. C’est Nouma qui en est responsable et Nicolas offre ses services pour les entretenir. Nous rencontrons d’abord Nicolas en train de poncer et réparer les embarcations avec son fils qui apprend le métier. Il nous conseille de contacter Nouma si l’on veut demander l’autorisation de les utiliser. Nouma regrette de ne pouvoir nous aider, c’est compliqué explique-t-il et nous le comprenons. Pourtant quelques jours plus tard, nous avons l’occasion de les revoir sur la plage tous les deux accompagnés de leurs familles. Nouma a assisté à notre conférence avec ses deux fils. On discute, on fait plus ample connaissance et c’est tout naturellement qu’il propose en fin de journée de gréer les Sun Fish pour ceux qui veulent faire un tour. Du coup, cinq Sun Fish se faufilent entre les bateaux de plaisance de Prickly Bay, tandis qu’un sixième s’en va au large, avec à son bord Loane et Nicolas, déterminé à surfer les vagues en Sun Fish ! En guise de baptême, Loane goûtera donc aux plaisirs des renversements et du surf… Max et Thierry quant à eux s’amusent, embarquant successivement Sam et Zoé pour les initier. Merci Nouma pour ces beaux moments et pour ceux qui suivirent. Bonne route à toi et à bientôt de toutes façons. Et merci Nicolas aussi pour ton enthousiasme pour la voile et tes paroles motivantes. Si on continue l’année prochaine, c’est en partie grâce à toi !
Vie de famille
 
Nouveauté dans l’organisation familiale
 
Cela fait deux ans que nous cherchons un moyen d’intégrer les enfants dans la préparation des repas, afin de soulager qui Véro qui cuisine en permanence ou presque. En effet, si depuis longtemps tout le monde l’aidait à la tâche, personne ne prenait la responsabilité des commissions ni de la préparation des menus. Désormais, chaque soir, les repas sont confectionnés par l’un de nous six, chacun ayant choisi son soir. C’est génial ! Quand on fait les commissions, tout le monde est concerné, chacun cherchant les ingrédients pour le plat qu’il prévoit. Et le soir venu, on a de belles surprises et des gouts différents. Le système fonctionne et on se régale !
 
Les 13 ans de Zoé
Pour l’instant, Nyamba est à louer à Grenade. Amarrée au ponton de la marina de Pirckly bay, elle est à disposition pour des vacances originales dans une maison flottante. Nos premiers locataires ont apprécié l’expérience.
 
Nyamba est aussi à vendre. Entièrement révisée ces cinq derniers mois, avec son intérieur refait à neuf et désormais munie d’un bimini et taud de grand-voile neufs également, elle n’attend plus qu’un nouveau génois (devis connu) pour emmener ses futurs propriétaires dans les Antilles, la mer Caraïbe et bien plus loin encore.
 
De notre côté, on attend de voir pour se décider. Peut-être devrions-nous persévérer pour prendre le temps de nous habituer. Peut-être devrions-nous revenir sur terre ou tester autre chose… On verra. Ce qui est amusant, c’est de voir Véro hyper motivée à naviguer sur le lac, pour compléter l’expérience et mieux se familiariser avec la voile. A suivre donc, dans nos prochaines aventures…
 
La suite du voyage
 
Après 5 mois passé sur l’eau, nos conclusions sont partagées. Il y a énormément d’avantages et de plaisirs à voyager en voilier. Il y a également de nombreuses tensions et difficultés auxquelles nous ne sommes pas encore habitués et qui nous questionnent pour la suite. L’une des idées qui émerge fréquemment quand on parle de la suite, serait de concilier voyage sur mer et sur terre, par exemple en utilisant Nyamba pour passer d’île en île et pour explorer les criques inabordables par la terre. Puis, viser de plus grandes îles, Cuba, Porto Rico, Jamaique ou même le continent américain, pour y effectuer un voyage dans les terres en véhicule en laissant Nyamba au port. A voir et laisser mûrir.
A suivre
 
De retour en Suisse, divers challenges nous attendent. Et bien sûr, quelques escapades hors des frontières, à la découverte de nouvelles régions européennes… A très bientôt donc !
A vous d’OSER
 
Pas besoin d’avoir un rêve en tête pour vous participer à notre atelier « Oser ses rêves ». Pas besoin non plus de tout changer dans votre vie pour oser vos rêves. Au contraire !
 
Cet atelier vous invite à vous faire plaisir et à cerner ce qui vous fait du bien et vous enthousiasme. Alors, pas à pas, vous injectez dans votre vie ce qu’il faut pour être heureux et créez progressivement la vie de vos rêves…
 
Ca vous tente ?
 
Il est encore temps de vous inscrire pour l’atelier des 5, 6 et 26 septembre 2015.
Il reste 3 places, profitez-en ! On se réjouit de vous accueillir.
 
Plus d’info et inscriptions : www.osersavie.org
 
Vie de famille
Nouveauté dans l’organisation familiale
La suite du voyage
Lire
Grenade
premières impressions
La population
La capitale: Saint Georges
Les bus
Stylband
Lire
Grenade côté mer
côté mer
St-Georges
Grande Anse
Prikly bay
Marina et plage de Prikly bay
Lire
Edito
 
Les anciennes colonies
 
Cela fait plusieurs années que nous faisons le même constat en silence, une sorte d’évidence qui saute aux yeux quand on passe régulièrement d’une ancienne colonie française à sa consoeur britannique ou inversement. Loin de nous l’envie de faire l’apogée d’un système par rapport à l’autre. Pas envie non plus de généraliser abusivement. Pourtant, il y a entre les unes et les autres des différences qui frappent et qui font écho aux enseignements qu’on tire au fur et à mesure des voyages et des expériences de la vie.
 
Grenade est une île autonome, équilibrée et fière de l’être. Son appartenance au Common Wealth lui offre des opportunités d’échanges et de développement dont elle profite, tout en nourrissant son propre système politique, son propre système éducatif et sa propre culture. Comme nous le disions du Ghana en 2014, il fait bon vivre dans ce pays où chacun travaille, s’engage et croit en ses chances de succès. Les transports publics, assurés par des minibus privés, sont efficaces et en parfait état. Les investisseurs sont accueillis et attirés par un gouvernement qui reste attentif à l’équilibre intérieur : université, complexes hôteliers écologiques et autres projets d’envergure sont étudiés et développés dans le respect des normes et des intérêts publics.
 
En comparaison, le système du territoire d’outre-mer tel qu’on a pu le vivre en Martinique, où nous avons passé le même temps, semble à la dérive, empêtré dans des rancoeurs sociales et des normes européennes inadaptées à sa réalité. Les solutions, censées venir de France et d’Europe, tardent à émerger et remplissent rarement leurs rôles. On en veut pour preuve les transports publics tellement inefficaces qu’ils semblent inexistants et l’absence de cultures maraîchères diversifiées comme de ressources locales.
 
Ce qui nous frappe toujours plus, c’est la relation directe qu’on observe entre les politiques nationales et les fonctionnements familiaux : là où l’état s’occupe de tout, les gens manquent d’élan et d’autonomie. Ou est-ce l’inverse ?
 
Ce qui est sûr, c’est qu’une éducation développant le sens des responsabilités plutôt que l’esprit de victime offre à son pays de meilleures perspectives.
 
Edito
Les anciennes colonies
Lire
 
Dernière escale de notre voyage dans les Caraïbes, l’île de Grenade nous a réservé un festival de rencontres, découvertes et expériences à la hauteur de nos attentes. Bienvenue sur cette île hospitalière et contrastée... avec un peu de retard, en raison d'un crash de disque dur qui a rendu impossible la maintenance de notre site internet.
Accès direct
Oser sa vie
2012 suite
2013
Un livre original, vivant et émouvant
Récits
Nos véhicules
2014
Espagne
fév 2013
France
déc 2012
Mises à jour
Suisse
sept-oct 2012
Berlin
août 2013
Tour du Monde
2008-2012
Espagne
déc 2012
Tour du Monde
Suisse
juin 2013
Portugal
fév 2013
Andalousie
jan 2013
Ghana (2/3)
Janvier 2014
Finlande
juil-août 2013
Bénin
Mars 2014
Togo
Mars 2014
Burkina Faso
Février 2014
Ghana (1/3)
Janvier 2014
Suisse
automne 2013
Suisse-Italie
Eté 2014
Nous 6
Conférences&Actu
Accueil
Livres&Videos
Media
Liens
Dernière mise à jour
Martinique
Janvier 2015
2015
Suisse
Automne 2014
Grenade
Avril-mai 2015
2016
Découvrez nos coulisses dans: Miss Terre et les six doigts de la main
Un clic = Un pas vers vos rêves
Oser sa vie
Pour prendre sa vie en main
©Sixenroute-2011
Achetez en deux clics:
Miss Terre et les six doigts de la main
Un livre original, vivant et émouvant