Partis avec les étourneaux, nous revenons avec les hirondelles. Et comme le printemps qui tarde à s’installer, nous aussi nous avons pris le temps de revenir lentement, en faisant quelques détours de temps à autre pour de nouvelles aventures.
Voyage solo pour Max
Il y a quelques mois, Loane nous annonçait fièrement son désir de faire un voyage de 4 mois avec son frère, dans deux ans, quand Max aura son propre camion… Voilà qui fait beaucoup d’informations simultanées et qui nous projette dans un futur pas si lointain mais auquel nous avons heureusement encore le temps de nous préparer…
Pour l’heure, Max s’en est allé seul, une semaine loin de la tribu Sixenroute. De Toulouse, il a pris le train pour Anger : huit heures de voyage et trois changements de train plus tard, il retrouve sa copine Charlotte chez elle, fait la rencontre de ses ami(e)s et constate que le bras d’Alban (cassé en patin à roulettes au camping Cabopino en février) ne va guère mieux… Inutile de demander les photos de ce voyage, il n’y en a pas. Max nous a ensuite rejoints dans le Var.
120 km pour un pain maison !
Dans Casita, nous sommes équipés d’une gazinière avec four, super classe. Régulièrement, nous en profitons pour faire notre propre pain. Sauf qu’un matin… plus de gaz ! Nous sommes sur la plage de Piemanson à 30 kilomètres d’Arles , la première ville. Les voisins proposent de nous prêter une bonbonne, mais avec  notre réservoir GPL, difficile de trouver les bons raccords. Départ donc pour le plein de gaz.  L’occasion faisant le larron, nous profitons de visiter la ville et laver notre linge. Nous aimons l’ambiance, le sourire et l’amabilité des gens d’Arles, le métissage de la ville apporte une atmosphère cosmopolite qui nous dépayse vraiment.  
De retour le soir sur la plage, nous enfournons le fameux pain qui a levé durant toute la journée. Trois minutes plus tard, la vitre du four éclate en milliards de morceaux… L’histoire ne dit pas si c’est la fermentation du pain qui a provoqué une explosion ou le pet de Loane accroupie devant le four à ce moment là ... En revanche, cette fois, nous avons du gaz, mais plus de four ! Donc nouveau départ  pour Arles le lendemain, pour dénicher un vitrier et ravir sa secrétaire toute émue de nous reconnaître. Elle nous avait vus à la télé…
En vrac
Si le printemps garantit le retour des hirondelles, il est pour nous synonyme de multiples retrouvailles et escales sur la route de notre migration. C’est ainsi que nous retrouvons plusieurs amis rencontrés sur les routes du monde : les Ayabombe dans les Pyrénées, Denis au Luc en Provence, les Poss vers Aubagne et les Claventure de passage à Aix. Avec eux, nous effectuons une superbe ballade le long de la côte, passant de falaises en plages, toutes plus belles les unes que les autres. L’itinéraire nous avait été suggéré par Sabine, la propriétaire des lieux  où séjournent les Claventure à Aix. Emballée par nos histoires de voyages respectives, Sabine s’enthousiasme et nous achète notre livre en deux exemplaires : elle offrira le second à la famille des Pallières, fondateurs de l’association « Pour un sourire d’enfant » au Cambodge et auteur du livre « 4 enfants et un rêve », récit qui nous a mis le pied à l’étrier au moment de passer du rêve au projet.
 
A la Garde Freinet, nous revoyons aussi Mela, Thibault et leurs enfants. Nous découvrons alors que le trombone de Thibault résonne au sein du groupe Raoul Petit et sommes enthousiasmés par l’activité qu’il livre avec Phonambule, une association qui offre un réconfort musical aux enfants hospitalisés.
 
Juste avant de revenir en Suisse, nous faisons une dernière halte à Clérieux dans la Drôme, pour revoir Sylvie et la remercier chaleureusement du travail qu’elle fait pour nous : c’est elle qui expédie tous les livres commandés sur notre site.
Mallorque
Avant de quitter l’Espagne, nous passons une semaine à Mallorque. Comme l’île de Giglio que nous avons retrouvée l’année passée, c’est un de nos coups de cœur d’avant tour du monde. Loin de Palma de Mallorca, l’île recèle de nombreuses criques et de pittoresques villages. C’est la première fois que nous y allons en camping-car. Le prix du ferry reste assez élevé. Sur place, nous profitons de deux ou trois coins que nous connaissons pour nous poser au calme et sans soucis.
A Santanyi, nous retrouvons le grand-père de Véro qui vit là depuis plus de trente ans. A 89 ans, Joseph tient la forme et entretient son sens de l’humour. Le père de Véro et sa compagne sont heureux aussi de nous accueillir. Installés sur l’île depuis quelques années, notamment pour s’occuper de Joseph, ils terminent la rénovation et l’aménagement de deux maisons qu’ils louent désormais aux vacanciers. D’ailleurs, si cela vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter ; nous vous mettrons en contact.
Mallorque possède une énergie saine et un climat fantastique en toute saison. Nos souvenirs avaient en revanche gommé la présence des retraités allemands et nordiques (ou alors le nombre a augmenté sensiblement) et nos oreilles friandes de castillan supportent mal le dialecte local. Malgré cela, nous avons la joie de constater que la majeure partie de l’île reste sauvage et naturelle. Nous apprécions les points de vue qu’offre la chaîne de montagne du nord de l’île.
Camargue et plage de Piemanson
A quelques kilomètres de Salin de Giraud en Camargue, se trouve la plage de Piemanson réputée pour le camping sauvage qui y est autorisé tout l’été, directement sur le sable. En avril, la plage accueille néanmoins une dizaine de nomades en camion, camping-car ou autres. L’endroit a des allures de bout du monde, avec ses lagunes, ses flamands et autres oiseaux. Le tout est extrêmement dépaysant et vivifiant. Nous aimons ces lieux proches et pourtant préservés de l’urbanisme.
 
Max profite du vent presque constant pour tester son nouveau cerf-volant, plus grand et plus puissant que le précédent ; Véro, elle, se blesse en essayant l’engin qui lui « arrache » le bras.
Enfin, nous retrouvons là notre ami Clément qui achève sa saison d’hiver aux Portes du Soleil, la bourse pleine et le corps meurtri des tonnes de neige déplacée à la pelle et des heures passées sur tous les fronts de la restauration en station...
St-Trop’
Nos amis Didier et Christina ont eu une excellente idée : profiter de notre statut nomade pour nous rejoindre quelques jours, au soleil et à la mer ! Sitôt l’idée et les dates annoncées de leur côté, nous saisissons la mission au bond et cherchons un lieu adapté à leurs désirs et aux nôtres. Nous dénichons un confortable bungalow à 100 mètres de notre stationnement, les pieds dans le sable, sur la plage de Ramatuelle à côté de St-Tropez.
 
Nous passons avec eux 4 jours hors du temps, à jouer, raconter, partager, nous livrer et nous soutenir mutuellement. Au moment de nous séparer, nous mesurons combien l’intimité que nous avons créée avec si peu de moyens est un privilège. Les au-revoir ressemblent à ceux des fins de colonie, ceux qu’on s’offre quand on sait qu’on a vécu un instant magique, unique et qu’on a hâte de renouveler. Un immense merci à vous deux pour ces moments intenses, drôles et vivants.
Arrivée en Suisse
Pour la première fois de notre vie, nous semble-t-il, nous passons la frontière à Genève sous le soleil… Deux heures plus tard, nous sommes au bord du lac de Neuchâtel où Thierry travaille le lendemain. Il pleut. Les miracles ne durent donc pas ? Un homme frappe à la porte de Casita. Si on nous demande en plus de nous déplacer, on se barre et on retourne au soleil ! L’homme est tout ému. Il a reconnu Casita depuis la fenêtre de sa cuisine. Il suit nos aventures depuis le début et vient juste nous le signaler…
 
A quelques reprises au cours de ce mois, nous serons accueillis de la même manière, comme à la gare de Bressonnaz à côté de Moudon où Gabriella et Michel viennent eux aussi frapper à notre porte et nous faire craindre une expulsion, jusqu’à ce qu’on découvre les œufs qu’ils ont récoltés dans le poulailler pour nous. Ils ont vu le reportage TV sur TMC à Noël et sont tout heureux de découvrir Casita devant leur commerce. Ils nous offrent le plein d’eau avec entrain, seule chose dont nous avons besoin, puis achètent un livre pour eux et un pour leurs voisins…
 
Ces rencontres nous apportent toujours autant de bonheur. C’est pas tant le fait d’être reconnus qui nous touche. C’est le regard des gens, leurs paroles, les questions, leur générosité, les éclats dans leurs yeux et le sourire qui illumine leur visage. A chaque fois, en quelques secondes, se crée un espace-temps étrange, intime, éphémère et durable à la fois. Un lien, un contact dont on sait qu’il est là et qui n’aurait pas existé sans notre mode de vie nomade. C’est si simple. Dérisoire pour certains. Mais tellement humain.
Pour le reste, notre retour en Suisse ressemble davantage à une course effrénée avec un emploi du temps qui se remplit de manière effrayante. Entre la diffusion du livre, le boulot de Thierry, les retrouvailles, les anniversaires et les désirs des enfants qui veulent profiter de leurs amis et gagner une certaine autonomie, nous relevons des dizaines de défis quotidiens… Le constat est clair : la course et les agendas bondés, on n’aime pas. Alors c’est vrai, il nous arrive de regretter le bon temps des pays lointains, la simplicité du voyage au jour le jour, la vie rythmée par le soleil et les projets qui fleurissent chaque matin…
 
En revanche, il y a dans les retrouvailles avec les proches comme dans les rencontres impromptues des instants de grande joie qui nous soutiennent vraiment.
Quand « Tour à 5 » aperçoit « Sixenroute » !
Nous sommes sur l’autoroute entre Lausanne et Genève. A l’arrêt, comme les centaines d’automobilistes qui nous entourent et forment le bouchon sans fin dans lequel nous nous trouvons… Soudain, les passagers de la voiture à notre gauche nous font signe de baisser la vitre : « Vous partez ou vous revenez ? Nous aussi on a fait ça. On est les Tour à 5 !! » Le soir, dans notre boîte mail, une photo et un message. On ne se lasse pas de ce genre de surprises. A bientôt les 5, on se réjouit de vous voir
Fête de la danse
Dans toutes les villes de Suisse a eu lieu la fête de la danse le week-end du 4-5 mai. Nous en avons profité pour nous rendre en famille à diverses initiations organisées pour l’occasion : west-coast swing tous ensemble, chorégraphie bolywoodienne pour Sam et Zoé euphoriques à la sortie, hip-hop avec le champion du monde pour Max et Loane et danse-contact-impro pour Véro et Thierry. Nous avons adoré. Organisation parfaite, grande variété du programme, tarif très abordable, cette fête est une belle occasion de sortir en famille, de se bouger et de découvrir de nouveaux horizons.
A suivre…
Salon du livre de Genève
Même si nous sommes directement concernés par l'événement et que nous avons de bonnes raisons de nous rendre au salon du livre, nous devons reconnaître qu'il n'est pas notre endroit privilégié pour passer un dimanche ensoleillé... D'ailleurs, à propos de soleil, ce qui nous a le plus enthousiasmé ce jour-là à Palexpo, c'est de découvrir que le toit est recouvert de panneaux solaires dont la production énergétique est affichée à l'entrée du bâtiment !
Presse
Nous avons récemment écrit un article pour le magazine « Esprit camping-car », où nous relatons nos aventures en Bolivie. Dans le même numéro, nous apportons aussi notre témoignage dans la rubrique grands voyageurs.
 
L’essor de Miss Terre
 
Le 200ème livre est arrivé entre les mains de Marie-Joséphine, qui l’a reçu gratuitement chez elle. Nous profitons de remercier tous ceux qui ont déjà acheté et lu « Miss Terre et les six doigts de la main » ; vos messages et commentaires nous touchent toujours autant :
 
"C’est le premier livre de voyageur que je lis qui retrace le voyage autour du monde tel qu’il est. Pas d’esbroufe, que du vrai, du simple."
 
"J'ai été très touchée de "vivre" un peu votre vie et de vous connaître un peu plus.
Le livre est très bien écrit. Miss Terre est très sensible."
 
"FELICITATIONS ! Et merci… Nous avons adoré. Au-delà de l'aspect émotionnel, j'ai été très touché par la plume vraie, osée, sans faux semblants."
 
"Nous lisons votre livre en famille… Je ne dors plus tellement l'aventure nous tente et le projet tourne dans la tête! Mais vous êtes tout de même un peu fous quand on lit tout ça... "
 
"J’ai trouvé ce que je cherchais dans ce genre de récit : un aperçu de ce à quoi peut ressembler un tel voyage avec ses joies, ses doutes, ses moments de grande vulnérabilités, de vertige, de colère, d’ennui, de beauté, d’émotion, de rencontre, de bonheur..."
 
"Ce livre m’a permis de me replonger dans une vie un peu similaire à la vôtre que nous avons eue durant 18 mois. (…) Alors évidemment en pensant à cette vie marginale que vous avez décidé de conserver, ça fait réfléchir, ça brasse… Au niveau de l’écriture, excellente plume, on est tiré en avant dans l’histoire, la façon d’amener les choses de différentes manières est très bien faite (…) Bref, (…) le message final est que ce livre m’a vraiment donné plaisir à lire, m’a remué, en un mot est excellent, bravo !"
Toujours disponible sur notre site ou sur commande dans n’importe quelle librairie, le livre est désormais en stock en divers  d’endroits de Suisse romande.
Où trouver le livre dès maintenant
 
Lausanne
- Magasin ARTHENIA, rue Pré du Marché 13
- Librairie PAYOT, place Pépinet 4
 
Vevey
- Librairie PAYOT, rue des Deux-Marchés 15
- Librairie LA FONTAINE, rue du Lac 47
 
Lutry
- Librairie CHA-PITRE, Grand-Rue 35
 
Yverdon
- Librairie PAYOT
- Librairie L'ETAGE, rue du Lac 44
 

Genève
- Librairie de voyage, LE VENT DES ROUTES, rue des Bains 50
- Librairie JULIEN, Bourg-de-Four 32
- Librairie LE RAMEAU D'OR, bd Georges Favon 17
- Librairie FAHRENHEIT 451, rue Voltaire 24
 
Neuchâtel
- Librairie PAYOT, rue du SEYON 2
Cliquez sur chaque image pour lire l’article en pdf.
Retrouvez tous les commentaires de nos lecteurs en cliquant sur : ils parlent de nous.
Printemps 2013 : De Mallorque en Suisse
Joseph
Isabelle
Maurice papa de Véro
Clément
Christina
Didier
Jean-No
Chez Denis
Les Claventure
Chez les Poos
Chez Sylvie
Aless et Céline
Chez Olivier et Marie
Anni de Zoé
Anni Gabriel
Raph
Tonton Olivier
Sarah
Mémé
Chez les Ayabombé
Au programme : goûter canadien, retrouvailles, rencontres, jeux et bonne humeur !
 
Vous avez envie de passer un moment en notre compagnie ?
Vous aimez discuter famille, voyage, découvertes, rêves ?
Vous souhaitez découvrir ou visiter Casita ?
Vous aimeriez acheter notre livre "Miss Terre et les six doigts de la main" en mains propres ou le faire dédicacer ?
 
Si vous répondez oui à l'une des questions ci-dessus, rejoignez-nous sans hésiter !
 
Coordonnées GPS: N 46°34'45.9 / E 006°42'41.4
Accès : sortie autoroute Lausanne - Vennes. Prendre direction Moudon. Après leplat du Châlet à Gobet, prendre à droite, la route de Paysans, direction Thierrens. 800 m plus loin, prendre le chemin de Censière à droite.
 
On se réjouit de vous voir ! A très bientôt
Prochaine rencontre avec les Sixenroute
 
Nous avons le plaisir de vous proposer une rencontre
Dimanche 16 juin
dès 14 heures
au couvert de Censière
dans les bois du Jorat à proximité de Lausanne.
Accès direct
Oser sa vie
2012 suite
2013
Un livre original, vivant et émouvant
Récits
Nos véhicules
2014
Espagne
fév 2013
France
déc 2012
Mises à jour
Suisse
sept-oct 2012
Berlin
août 2013
Tour du Monde
2008-2012
Espagne
déc 2012
Tour du Monde
Suisse
juin 2013
Portugal
fév 2013
Andalousie
jan 2013
Ghana (2/3)
Janvier 2014
Finlande
juil-août 2013
Bénin
Mars 2014
Togo
Mars 2014
Burkina Faso
Février 2014
Ghana (1/3)
Janvier 2014
Suisse
automne 2013
Suisse-Italie
Eté 2014
Nous 6
Conférences&Actu
Accueil
Livres&Videos
Media
Liens
Dernière mise à jour
Martinique
Janvier 2015
2015
Suisse
Automne 2014
Grenade
Avril-mai 2015
2016
Découvrez nos coulisses dans: Miss Terre et les six doigts de la main
Un clic = Un pas vers vos rêves
Oser sa vie
Pour prendre sa vie en main
©Sixenroute-2011
Achetez en deux clics:
Miss Terre et les six doigts de la main
Un livre original, vivant et émouvant