1er Janvier 2013
Voilà. Une année a passé. Comme chaque année, on se retrouve le cœur empli d’espoir, la tête de projets et pour certains le ventre débordant d’excès… pour faire de l’année 2013, la plus belle de toutes. Une année qui ne marquera pas la fin du monde, mais qui honorera les rêves que chacun porte à sa manière ? C’est ce que nous vous souhaitons à tous.
 
Mais avant cela, petit retour sur un mois de décembre 2012 intense en émotions.
Barcelone
Nous avions visité Barcelone en famille à l’Ascension en 2008… A l’époque déjà, nous n’avions plus de maison, mais un camping-car de transition en attendant de finaliser Casita. Nous avions aimé la ville, son originalité, son énergie, les mosaïques de Gaudi et l’ambiance. Y revenir cet hiver fut notamment l’occasion de constater la permanence de nos goûts et la volatilité de nos souvenirs. Surtout pour les enfants, qui n’avaient gardé de la ville que de vagues réminiscences du Park Güel, de la Sagrada Familia et de la Ronda. En ce qui concerne le bivouac sur place, nous avons trouvé un parking gardé à proximité du stade olympique et de la place d’Espagne.
Voir les infos pratiques
Amposta
Nous avons passé trois jours à Amposta, invités par Cédric et Evelyne, futurs voyageurs autour du monde avec leurs 4 enfants et propriétaires des lieux, malheureusement absents lors de notre passage. Au programme : du calme, du repos et la découverte d’un jardin potager d’environ 3'000 mètres carrés entretenu par le vaillant Jordi, pressé de faire entrer dans notre modeste demeure des stocks pharaoniques de courges, patates, oignons, artichauts, oranges et mandarines. Merci pour l’invitation et bravo pour le lieu. Nous repasserons, c’est évident. Alors peut-être aurons-nous en prime la chance d’admirer les chevaux pour lesquels le terrain est en cours d’aménagement.
 
L’après-midi, des sorciers et des sorcières ont traversé la plage, à cheval sur d’étranges balais de roseau…
Bivouacs sur la plage : magie et rencontres insolites
Nous l’avions déjà relevé en Andalousie l’hiver passé et le rappelons une nouvelle fois : l’Espagne en hiver offre des bivouacs parfaits. Sur la plage, de galets ou de sable, en fin de zone urbanisée et en bordure des dunes étendues, nous trouvons aisément des endroits où nous installer quelques jours sans le moindre souci. C’est ce que nous avons fait pour l’anniversaire de Loane et pour Noël, à deux endroits différents, entre Tarragona et Altea.
Le jour de Noël, nous avons eu la surprise de voir débarquer en fin de matinée un groupe de nageurs venus se jeter à l’eau comme nous l’avions fait la veille, tradition oblige.
Chez eux, nous retrouvons quelques invités de la veille : Darren (américain) et Maria (chilienne) qui nous racontent leur rencontre en Inde, plus romantique qu’on ne saurait l’imaginer. Avec la présence aussi de la sœur de Maria venue spécialement du Chili pour les fêtes, nous revivons le temps de quelques jours la même intensité et la magie de notre rencontre avec nos amis Cecilia et Luchin de Santiago du Chili. Du côté des enfants aussi la rencontre est réussie. De Casita au stade de foot, le groupe d’une quinzaine d’enfants prend possession des lieux. Dans le petit village pittoresque d’Altea, se développe ainsi une communauté internationale, inspirée et inspirante, parce détachée et indépendante du flux touristique estival. Entre nous, nous parlons approximativement la même langue, mais sans aucun doute le même langage, celui de la joie de vivre. Entre le Chili et l’Europe, il existe des ponts qu’on peut franchir en plongeant dans les sourires des autres…
Altea… leluya !
A Altea, nous avons retrouvé nos amis Christina et Roland. Ils devaient être en Equateur en principe, mais leur avion faisant escale à Puerto Rico, ils avaient besoin d’un visa américain… Les voilà donc en Espagne à la place, jusqu’en février, date à laquelle ils rejoindront quand même l’Amérique du Sud pour un voyage de trois mois.
Comme d’habitude en leur compagnie, le son du ukulélé résonne sur la plage, nous chantons et dansons en profitant du coucher de soleil et du lever de lune simultanément. Habitués des lieux et jovialement entourés, ils nous font découvrir un splendide spectacle de flamenco dont nous ressortons éblouis et fascinés.
Le lendemain, Christina et Roland organisent une fête sur la plage pour nous présenter à leurs meilleurs amis. Une quinzaine de personnes sont réunies au pied levé, devant et autour de Casita pour un repas canadien. Des personnes lumineuses comme la Costa del Luz. Mutuellement, on s’offre ce qu’on sait être, laissant l’autre y trouver une piste, une question, une inspiration. Toute la journée, les rires fusent accompagnés d’exclamations, de chansons et de musique. Dans le groupe, nous faisons la connaissance d’Irène, marocaine d’origine et maîtrisant suffisamment le français pour avoir envie de nous acheter un livre. Et puis Jeanne, une institutrice hollandaise installée depuis longtemps ici et nous posant plein de questions à tous les six. Très vite, nous sommes emportés par l’entrain et la voix de nouveaux amis chiliens, Hector et sa femme Paola, musiciens professionnels installés à Altea depuis 9 ans. Ils ont dans la voix ce quelque chose qui fait vibrer les cœurs, écoutez-les : www.duo-intermezzo.com Nous aimons leur courage, leur joie de vivre et l’émotion qui émane de ce qu’ils font. En osant vivre de la musique, ils ont fait un pas qui nous semble autrement plus vaillant que le nôtre en voyageant. Entre eux et nous le contact est quasi instantané : ils nous invitent chez eux le lendemain. Hector et Paola sont très inspirés par notre mode de vie et envisagent de faire un test en habitat mobile, ce qui conviendrait parfaitement à leur besoin de simplicité et de liberté comme à leur activité professionnelle de musicien.
Emotions
Le 13 décembre, Thierry a pris l’avion de Barcelone à Genève pour rejoindre son associé et toute l’équipe de Balthasar Formation à Lausanne. Véro et les enfants sont restés en Espagne avec Casita, dans un camping équipé d’un bon wi-fi, pour être ensemble le 15 décembre, journée prévue pour les dédicaces, malgré la distance. Arrivé devant l’immeuble de l’entreprise, Thierry découvre une palette sur le trottoir : 500 exemplaires de « Miss Terre et les six doigts la main ». Une vague d’émotion l’envahit. Sans prendre le temps d’en profiter, il entreprend de monter les  ouvrages et de les stocker à l’étage. Tout est là. Tout est prêt. Reste plus qu’à espérer la visite de quelques personnes pour la séance de dédicace prévue le samedi.
Le jour venu, Thierry n’a pas le temps de terminer la mise en place, que déjà arrivent les trois premiers visiteurs coup sur coup. Il ravale ses larmes. Elles seront d’ailleurs son unique repas de la journée. Heures après heures et sans interruption, les gens entrent dans la salle, des amis, des parents et autant d’inconnus, pour la plupart des lecteurs assidus de notre aventure venus profiter de l’occasion pour exprimer leurs mercis et leur soutien, acquérir un livre pour soi ou leurs propres amis. L’émotion gonfle dans le cœur de Thierry, complétant la douceur des sanglots intérieurs dont il s’abreuve. Adieu la connexion internet entre Thierry, Véro et les enfants, mais un bref coup de fil pour confirmer que tout va bien, très bien même. Trop bien pour vivre cela seul sans la présence à ses côtés de toute la tribu Sixenroute. On fera mieux la prochaine fois. Il faut que vous voyez ça. C’est trop beau. A la fin de la journée, Thierry craque. Il lui reste dix minutes avant le départ de son train et il est en pleurs quand il s’apprête à ranger les lieux. Plus de quarante livres vendus et autant de messages déposés sur la première page de l’ouvrage. Des mots qui ne veulent rien dire pour la plupart, des phrases incohérentes et chargées de fautes d’orthographes qui témoignent  de l’émotion de l’apprenti dédicaceur. Thierry rit tout seul en repensant à certaines dédicaces. Ca aussi, c’est tout un métier ! Il doit encore charger dans une valise les livres qu’il souhaite emporter dans Casita pour les vendre sur la route. Et là devant lui se dressent deux immenses sacs : ce sont les paquets reçus de ses parents et de sa sœur pour le Noël des enfants. Dans son cœur tout se mélange, la joie de la journée passée, la crainte de rater son train et donc son avion et la déception de ne pouvoir tout emporter. Il essaie alors le tout pour le tout et… casse le sac qu’il a acheté la veille. L’euphorie cède la place à la colère. Il y a des choix à faire. Il cherche où stocker la hotte du Père Noël, charge son sac de 20 kilos sur le dos et tire derrière lui le bagage à main de 15 kg. Durant le trajet en train, il respire le plus calmement possible et visualise ce qui lui reste à accomplir : courir en trois minutes les 600 mètres de la sortie du train au guichet Easy-Jet pour s’enregistrer à temps. Il se souvient d’une année où toute la famille avait failli rester à terre à Genève pour un retard de deux minutes à l’enregistrement de la même compagnie…
A Barcelone, un autre marathon permet à Thierry d’attraper le dernier bus de la nuit. Une fois tous réunis, nous tombons dans les bras des uns et des autres. On sort les livres, Véro et les enfants les prennent en main, les tournent et les retournent. Ca y est, il existe ! Rires et pleurs se mélangent.
Merci à tous de tout notre cœur. Vous qui êtes venus le 15, vous qui nous avez écrit en regrettant ne pouvoir passer. Vous qui avez déjà acheté le livre sur internet. Vous qui prévoyez de le faire et cliquerez sur le livre dans quelques minutes pour le recevoir chez vous. Vous qui l’avez déjà lu et qui nous transmettez vos impressions, vos messages nous portent :
 
"Votre livre est passionnant, je ne le quitte plus, je suis en immersion totale dans vos aventures, il est très, très bien écrit, entre suspense, émotions, rires et larmes, c'est un chef-d'oeuvre mondial! "
"Merci de vos livres, récits et rencontres lors de  la signature de ton livre, Thierry... ça nous remet en route! Nos 4 enfants : Pamela, Marie, Mugisha et Léo qui sont adultes maintenant  ont ri de certaines de vos anecdotes familiales qui rappelait fortement  les nôtres et ils rêvent à nouveau d'horizons divers avec leurs compagnons ou compagnes de vie! Vous nous avez remis en route, les Sixenroute..."
"J’ai fait durer le plaisir et l’émotion. Je viens juste de lire les derniers mots du livre, c’est fabuleux ! Un grand bravo à Oscar et aux six doigts. J’ai ri, pleuré et beaucoup appris de ce récit."
"Je viens de terminer la lecture de Miss Terre et les six doigts de la main.
Quel cadeau de Noël. Merci pour l’inspiration, les doutes, la créativité, le courage et surtout l’Amour qui se dégage de votre Aventure."
"J'éprouve un grand plaisir à lire votre livre et à découvrir ce dont nous n’avons pas eu le temps de discuter durant nos rencontres. Vous m'inspirez tellement avec votre expérience.
Bravo pour votre magnifique livre !"
 
Ce livre est là pour vous et nous sommes heureux qu’il réponde à vos attentes.
 

Le lendemain de l’émission, nous sommes devant un MacInternetDonald quand Anthony, un chauffeur de camion français, s’approche de nous en faisant de grands signes. Il a entendu l’émission la veille et passé une partie de la soirée à consulter notre site internet. Comme nous il a visé le McDonald ce soir pour profiter d’une connexion internet. Il croit rêver en découvrant Casita !
Nous l’invitons à manger dans Casita avec nous en lui expliquant que nous essaierons pendant la soirée de regarder le reportage télévisé réalisé un an plus tôt sur notre Noël. C’est le délire total : entre le McDo où Véro et les enfants se sont réunis et Casita dans laquelle Thierry et resté en compagnie d’Anthony, l’ambiance est survoltée. Impossible de voir le reportage à cause d’une connexion pourrie. En revanche, dans le McDo, Max et Véro sont en contact permanent par facebook, skype et autre chat avec des dizaines d’amis de Suisse et d’ailleurs qui nous racontent en live ce qu’ils voient à l’écran.
Radio et télévision
Deux jours après les dédicaces, nous avons passé en direct dans « Allo la planète », interviewé par Eric Lange, impressionné par le parcours et le périple. Retrouvez l’interview sur le lien suivant : "Allo la planète". Nous intervenons dès la minute 44 et 10 secondes.
1er janvier 1993 – 1er janvier 2013 : 20 ans !
Printemps 1993. Lausanne, Suisse.
Assis sur un banc, blottis l’un contre l’autre, les jambes entremêlées, ils regardent le lac et ses reflets scintillants. (…) Leur rencontre remonte au 1er janvier de l’année 1993. Un coup de foudre.
 
Ainsi commence « Miss Terre et les six doigts de la main ». Ainsi a commencé aussi l’histoire de Thierry et Véro, il y a 20 ans jour pour jour… 20 ans !
Dans Casita, c’est la femme d’Anthony qui fait le relais par téléphone, visiblement très émue d’avoir Thierry en ligne. Tous ensemble, nous sommes comme des enfants, émus, excités, morts de rire et les yeux brillants.
Merci à tous ceux qui ont créé ce moment magique !
 
90’ Enquêtes
Nous avons découvert le reportage sur notre Noël le 30 décembre seulement, une fois disponible sur Youtube ! Ce qu’il y a de génial en regardant le reportage, c’est qu’on s’en rend compte que sans Noël, on ne se laverait jamais, on n’aurait rien à se mettre et Casita serait un capharnaüm ! Ah les commentaires de la voix off ! Heureusement, l’essence est là. Un grand merci à Cecilia et Niko pour le tournage !
La fin du monde
Est-ce pour faire disparaître la faim dans le monde qu’on rêve de fin du monde si souvent ? Si tel est le cas, mieux vaut agir qu’attendre le miracle d’improbables prophéties. Pas plus qu’en 2000 la fin du monde a perturbé le cours des événements : les guerres perdurent, les riches s’enrichissent, les joyeux s’épanouissent. Parce que le monde est ce que nous en faisons tout simplement.
 
Vive le monde ! Et joyeuse année à tous !
A vos agendas
Dimanche 6 janvier 2013, vous dégusterez peut-être une couronne des rois et ce faisant, il se peut que vous vous cassiez une dent sur une fève dont vous serez convaincu qu’elle porte chance malgré votre malheur ! Et vous aurez raison. Parce que le même jour, aux urgences dentaires vous lirez votre magazine dominical Femina et vous nous retrouverez ainsi à vos côtés ! C’est pas beau la nouvelle année ?
 
Accessoirement, pas besoin de vous goinfrer ni de vous blesser, on sera de toutes façons dans le Femina du dimanche 6 janvier dans un article sur les congés sabbatiques et voyages.
 
Quant à notre prochaine séance dédicace, elle aura lieu début février en Suisse romande. A ce propos, si vous souhaitez organiser quelque chose près de chez vous, contactez-nous dès maintenant et on viendra !
A suivre
Nous arrivons en Andalousie…
Accès direct
Oser sa vie
2012 suite
2013
Un livre original, vivant et émouvant
Récits
Nos véhicules
2014
Espagne
fév 2013
France
déc 2012
Mises à jour
Suisse
sept-oct 2012
Berlin
août 2013
Tour du Monde
2008-2012
Espagne
déc 2012
Tour du Monde
Suisse
juin 2013
Portugal
fév 2013
Andalousie
jan 2013
Ghana (2/3)
Janvier 2014
Finlande
juil-août 2013
Bénin
Mars 2014
Togo
Mars 2014
Burkina Faso
Février 2014
Ghana (1/3)
Janvier 2014
Suisse
automne 2013
Suisse-Italie
Eté 2014
Nous 6
Conférences&Actu
Accueil
Livres&Videos
Media
Liens
Dernière mise à jour
Martinique
Janvier 2015
2015
Suisse
Automne 2014
Grenade
Avril-mai 2015
2016
Découvrez nos coulisses dans: Miss Terre et les six doigts de la main
Un clic = Un pas vers vos rêves
Oser sa vie
Pour prendre sa vie en main
©Sixenroute-2011
Achetez en deux clics:
Miss Terre et les six doigts de la main
Un livre original, vivant et émouvant